dimanche 11 novembre 2012

Frankenweenie, le retour du grand Burton

Cela faisait quelques temps que je n'avais pas poussé la porte de mon cinéma préféré...la faute à une méchante toux qui m'aurait de toute façon empêchée d'entendre le moindre dialogue d'un quelconque film !

Cette fois, je suis allée voir "Frankenweenie", le nouveau film de Tim Burton.

  

L'histoire :
Dans la ville de New Holland, Victor Frankenstein est un petit garçon un peu à part; il préfère de loin faire des expériences dans son coin que de jouer au baseball ou avec ses petits camarades. Son meilleur ami, Sparky, est un chien fidèle qui le suit partout. Malheureusement, Sparky se fait renverser par une voiture et l'univers de Victor s'écroule alors. Il se met en tête de ramener son ami d'entre les morts...sauf que la nouvelle va vite s'ébruiter, et que les ennuis vont commencer !



Mes impressions : 
Je vis avec Tim Burton une histoire d'amour (à sens unique) depuis très très longtemps...Je me retrouve parfaitement dans son univers gothique et étrange. Beaucoup de sensibilité, un peu de perversité et des personnages aussi bizarres les uns que les autres !!!
J'avais adoré ses premières oeuvres Beetlejuice (1988), Batman (1989), Edward aux mains d'argent (1990) et bien-sûr l'Etrange Noel de M. Jack (1994), les noces funèbres (2004) et Big Fish (2003).
Un peu échaudée par l'expo qui lui était consacrée cette année et par ses dernières créations, Sweeney Todd (2007), Alice au pays des merveilles (2010) et Dark Shadows (2012), j'étais septique quant à ce nouvel opus. D'autant plus que ses dernières participations avec Disney ne m'avaient franchement pas convaincues (Alice ou Charlie et la chocolaterie par exemple) !
Et bien Frankenweenie m'a enfin réconciliée avec mon amour originel pour le réalisateur !

 M. Tim Burton et Sparky, la mascotte de son film.

Au départ, c'est audacieux : un film en noir et blanc, qui fait la part belle aux classiques de l'horreur des années 60 (Dracula, Frankenstein, Godzilla...) et aux propres films de Burton (M. Jack et Edward notamment dans l'utilisation de créatures/créateurs). Et puis on tombe rapidement sous le charme de la galerie de personnages loufoques que nous propose le réalisateur.

Le projet de "Frankenweenie" existe en fait depuis 1984 : Tim Burton avait déjà proposé un court métrage similaire aux Studios Disney avec lesquels il collaborait à l'époque. Faute de moyens et de motivation, le projet est abandonné mais finira par ressurgir 25 ans plus tard.


Tim Burton s'inspire largement du livre de Mary Shelley, publié en 1818 ("Frankenstein ou le Prométhée moderne") ainsi que de sa première adaptation cinématographique ("Frankenstein") en 1931, par James Whale. 


Boris Karloff face à Sparky : qui fera le meilleur monstre ?


Si l'on pousse un peu l'analogie, dans "la Fiancée de Frankenstein" (1931) de James Whale également, on trouve une jolie brunette avec une mèche blanche... et chez Tim Burton :



Deux fiancées pour deux monstres au grand coeur...

Et dans la comédie "Frankenstein junior" de Mel Brooks (1975), l'assistant de Victor Frankenstein, Igor le bossu, devient Edgar, le copain bizarre :

 




















Dans "Beetlejuice" (1988) de Tim Burton, on trouvait un personnage, Lydia, incarné par Winona Ryder, que l'on retrouve ici avec le même prénom.






Et bien-sûr, le personnage principal Victor, que l'on retrouve dans la majorité des dessins animés de Tim Burton (Les noces funèbres (2004), son court métrage Vincent, et les rôles de Johnny Depp).

Victor dans les "Noces Funèbres".
Edward dans "Edward aux mains d'argent".

Vincent
Victor dans "Frankenweenie".

Bravo à ce petit bijou d'animation, réalisé en stop motion, c'est-à-dire image par image, avec des figurines que l'on bouge au fur et à mesure.


Danny Elfman signe une bande-son impeccable, comme à son habitude ! Je m'attendais à plus de passages chantés, comme dans les films précédents, mais ce n'est pas plus mal...
 
Mon personnage préféré reste tout de même une petite blonde complètement bizarre et qui ne cligne jamais des yeux. Elle se balade avec son chat Moustache qui peut prédire l'avenir grâce à ses crottes...
fantastique M. Burton !



Attention tout de même à ne pas négliger l'interdiction aux moins de 10 ans. Comme dans la plupart des oeuvres de Burton, ce film est cauchemardesque pour des petits un peu impressionnables...les gentils animaux deviennent de véritables monstres et les enfants hurlent de terreur !!
Allez-y avec votre âme d'enfant et vos pré-ados !!


La bande annonce pour vous faire une idée.

Les articles de Marie et de Solveig à ce sujet.

Un lien vers le court métrage originel.



Bonne séance !


en bonus, un dessin issu de l'expo de Burton à Paris cette année. Il illustre parfaitement tous les films du réalisateur : le monstre qui sommeille en chacun de nous !

© les bavardages de Juliette
 

6 commentaires:

  1. Allez, avoue que tu as versé quelques larmes ?!
    Le court-métrage est pas mal aussi mais je préfère l'animation.
    Et merci pour le lien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça m'a un peu chatouillé c'est vrai...j'ai pensé à toi au moment fatidique puisque tu m'avais prévenue !!!
      je vais aller voir le court métrage...

      Supprimer
  2. j'aime beaucoup le parallèle avec les autres films de Burton, on sent que tu as potassé le sujet. en tout cas entre Marie et toi, j'ai vraiment envie de le voir...
    (L:66/J:53)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le billet de Marie était déjà très complet...j'ai dû creuser un autre sujet :-)
      merci pour la remarque !

      Supprimer
  3. je suis d'accord avec bouma : superbe chronique, très riche. et tu me donnes envie d'y aller, dis-donc ! je vais peut-être me laisser tenter ce week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. z'êtes choux les filles ! merci de m'encourager...

      Supprimer

un commentaire ? laissez-moi un petit mot, ça me fait plaisir de vous lire !