dimanche 21 décembre 2014

J'ai testé le Panorama XXL de Rouen!

Aujourd'hui j'ai testé le nouvel équipement / musée / attraction de Rouen : le Panorama XXL! De nombreux détracteurs enterraient déjà le projet, mais pour l'avoir testé moi-même, je vous le recommande chaudement, c'est splendide! D'accord, cette tour bleue parait un peu incongrue sur les quais de notre ville, mais ne vous fiez pas qu'à l'emballage!

http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/art-pictural-rouen-relance-en-france-la-mode-des-panoramas_1633828.html
Une verrue dans le paysage pour la plupart des rouennais - Copyright lexpress.fr
 
Le projet expliqué par son concepteur, l'artiste Yadegar Asisi


Ce we, l'entrée était gratuite. Pas moins de 5000 personnes auraient déjà profité de l'offre d'ouverture le premier samedi. Par curiosité, j'ai moi-même fait la queue dans le froid - enfin j'ai rejoint ma complice qui s'est tapé tout le boulot! - mais l'attente en valait la peine...

D'abord on entre dans une salle d'exposition et de cinéma sur le projet XXL, en passant devant un buste gigantesque de l'empereur Constantin, puis après de nombreux couloirs sombres, on pénètre dans l'antre!

© les bavardages de Juliette


C'est quoi un panorama?


Voilà un lieu unique en France : la mode du panorama ressuscitée grâce à une structure métallique posée sur une dalle. La rotonde mesure 35m de haut et 34m de diamètre, avec 3 plateaux d'observation (à 6m, 12m et 15m). 

© les bavardages de Juliette

L'artiste allemand Yadegar Asisi nous présente la Rome antique, autour de 312, année de la conversion au christianisme de l'empereur Constantin. Après des années de recherches, de croquis, de peintures et de photos dans Rome, il nous offre une vision de la ville et de ses principaux monuments à 360°.

© les bavardages de Juliette

La toile grande de 101 mètres, pèse plus de 700kgs! On passe du soleil à l'obscurité avec un subtil jeu de lumière et une ambiance sonore soignée.

© les bavardages de Juliette
© les bavardages de Juliette
© les bavardages de Juliette

Des médiateurs conférenciers sont postés sur la structure pour évoquer des anecdotes historiques. A la moindre question, il ne faut pas hésiter à les solliciter afin de comprendre de quel monument il s'agit ou comment vivaient les romains à cette époque.

© les bavardages de Juliette
 
En septembre 2015, l'oeuvre changera et le Panorama nous plongera dans la forêt amazonienne. En mai 2016, nous verrons "Rouen gothique", ou comment les rouennais vivaient à l'époque de Jeanne d'Arc. 
Si le projet fonctionne, il est prévu de déplacer le Panorama dans le futur nouvel éco-quartier Flaubert, sur la rive gauche..attendons donc de voir ce que deviendra cet espace!


Comptez la modique somme de 1500 euros pour un petit déjeuner privatisé avec quelques amis sur le dernier palier de la Rotonde... Si vous voulez mettre le paquet, prévoyez 5000 euros pour privatiser le lieu le temps d'une soirée. Il reste à inviter 300 personnes dans ce cas!

Pour une visite plus "classique"
horaires : du mardi au dimanche
oct/avril = 10h-18h
mai/sept = 10h-19h

tarifs :
9.50 euros tarif plein
6.50 euros tarif réduit
gratuit pour les - 6 ans

le site officiel pour toutes les infos...

Je vous invite à vous faire votre propre idée du lieu. Le XXL proposera d'autres visites gratuites au cours de l'année 2015, n'hésitez pas à suivre sa programmation. Non, je n'ai pas de commission au billet vendu mais pour moi, l'exposition vaut le coup de se déplacer!

Bonne visite!

samedi 20 décembre 2014

Ma sélection bd coups de coeur à découvrir (2)

Suite de nos aventures littéraires...





"Le captivé" de Christophe Dabitch et Christian Durieux (Ed. Futuropolis)

Je suis tombée un peu par hasard sur cette étrange bd, déjà conquise par les éditions Futuropolis auparavant...On leur doit "Les ignorants" de Davodeau notamment.
Le dessin est classieux, captivant en noir et blanc. Il nous plonge dans le XIXème siècle, une période où les médecins parfois impuissants tâtonnent, aux prémisses de la psychanalyse et de l'hypnose.

Copyright Christophe Dabitch et Christian Durieux

Le cas d'Albert Dadas est passionnant. La bd est construite comme une enquête où chaque indice, chaque témoignage des médecins ou des proches du patient nous renseigne sur un aspect de la personnalité d'Albert. On veut en savoir plus, il nous rend captif nous aussi de ses voyages...

Copyright Christophe Dabitch et Christian Durieux
 
A la fin du tome, un dossier explicatif répond aux questions que l'on se pose sur la pathologie et la fin de vie d'Albert...dossier bien utile car la lecture soulève de nombreuses interrogations!







"The autobiography of a mitroll" (tome 1 et 2) de Guillaume Bouzard  
(Ed. Dargaud)

Et si vous appreniez de votre mère mourante que votre père était un troll? vous seriez surpris, sceptique ou vous penseriez que votre mère délire?!
Voilà la drôle d'aventure (autobiographique selon l'auteur!) que nous propose Bouzard.
Copyright Guillaume Bouzard

Lui et son chien Flopi se mettent en route, à la recherche de ce père troll. A pied puisqu'il est bien connu que l'on ne va pas chez les trolls en voiture! Où habitent-ils, de quoi ont-ils l'air? L'auteur mène l’enquête et nous trimballe dans un road movie breton à se tordre de rire. La plus-value de cette autobiographie est bien-sûr l'humour caustique et cynique de Bouzard. Il faut aimer... mais quand on accroche, on adore!  
Attention humour loufoque tout de même! Les bds datent de 2008 et 2009, ce ne sont pas des nouveautés mais parfois, il faut redécouvrir les pépites!
Copyright Guillaume Bouzard

Si vous aimez être surpris et aller hors des sentiers battus, vous apprécierez cet humour particulier! Dans le second tome, l'auteur a retrouvé la trace de son père troll. On découvre le drôle d'univers féérique de ses nouveaux amis les elfes...et on en apprend plus sur la rencontre de ses parents! Y serez-vous sensibles?


Bonne lecture!

jeudi 18 décembre 2014

Ma sélection bd coup de coeur à découvrir...

Petit retour sur mes derniers coups de coeur littéraires, cela faisait longtemps! Ils m'ont été conseillés ou se sont simplement retrouvés un peu par hasard entre mes mains...des bds à dévorer sans modération! Peut-être un petit coup de pouce pour vos derniers achats de Noël?!




"Le petit loup rouge" d'Amélie Fléchais 
(Ed. Ankama)

"Promenons-nous dans les bois"... oui mais voilà, dans ce drôle de conte détourné, c'est un loup qui se perd dans la forêt et risque de se faire bouloter par les humains...on commence par craindre pour des lapereaux grignotés en route par le petit loup, mais c'est bien pour sa propre survie que l'on s'inquiète ensuite!!


Copyright Amélie Fléchais

Tout comme pour son précédent album "Chemin perdu", Amélie Fléchais signe des illustrations splendides, qui se marient parfaitement à l'univers onirique du conte originel de Charles Perrault. 

L'histoire détournée me semble un peu dure pour des petits bouts de choux, mais après tout, chaque conte contient une part de cruauté et de terreur enfantine! Un très bel album/bd à savourer...

Si vous connaissez et aimez le travail de Yohan Sacré, je trouve qu'il y a des ressemblances entre leurs univers somptueux.
Pour plus d'illustrations: le site d'Amélie Fléchais






"Cet été là" de Jillian et Mariko Tamaki 
(Ed. Rue de Sèvres) 

On a tous en tête un été qui a compté, lorsque nous étions adolescents. Un été chaud et moite, où l'insouciance de nos jeunes années se mêlait avec des premières expérimentations... pas tout à fait adulte mais plus complètement bébé, l'ado traine son spleen et sa nonchalance avec une sensibilité à fleur de peau.

Rose retourne à Awago Beach tous les étés depuis qu'elle est petite. Elle y retrouve Windy, sa copine un peu boulotte et froussarde. Ensemble elles trainent, bouquinent, vont se baigner, regardent des films pour se faire peur, ...et s'intéressent aux garçons!


L'été c'est aussi le moment où l'on se sent le plus libre de ses mouvements, sans avoir les adultes sur le dos toute la journée; d'ailleurs Rose sent bien qu'il se passe quelque chose entre ses parents, l'ambiance est électrique et elle préfère rester loin de la maison.


Copyright Jillian et Mariko Tamaki

Emouvante et juste, cette bd m'a touchée au coeur. J'y ai retrouvé l'ambiance de mes étés passés avec ma cousine, à vivre des vies rêvées, loin des tracasseries d'adulte. Un espace suspendu dans le temps où tout était possible. Le dessin est vif, en nuances de gris. Il s'attarde sur des détails qui rappellent comme le temps passe lentement pendant l'été: une araignée qui tisse sa toile, une fourmi qui traverse la route, un glaçon qui fond dans un soda, ... 

Replongez dans votre adolescence, tout vous y invite ici! Vous trouverez la critique de ma copine Bouma qui m'a prêté et aiguillé sur ce coup de coeur partagé!








"Les vieux fourneaux" (tome 1 et 2) de Wilfrid Lupano (Ed. Dargaud)



Vives les vieux!

Décidément Lupano est un sacré numéro! Il nous balade de bd en bd sans jamais repasser par les mêmes thèmes! Cette fois, il nous propose une course poursuite à deux à l'heure avec une femme enceinte et trois vieillards hilarants! 

Drôle de pitch? Vous ne serez pas déçu par le reste du voyage!! Les dialogues fusent et le scénario fourmille de bonnes idées et de flashbacks bien utilisés. Ce premier tome appelle une suite que j'avais hâte de découvrir...

Copyright Lupano/Cauuet
 
Le tome 2 tout aussi réussi que le premier opus...
Lupano nous emmène avec lui dans un road movie hilarant où les vedettes sont toujours de vieux fossiles, pas encore enterrés! Dialogues fins, percutants et bourrés d'humour, situations cocasses et rebondissements caustiques, il ne nous épargne rien...Cauuet signe des dessins soignés qui soulignent la roublardise des personnages. On les aime instantanément! A déguster sans modération...


Copyright Lupano/Cauuet





"La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien" 
de Zidrou (Ed. Dupuis)


Voici un recueil à mettre entre toutes les mains : 15 petites histoires qui font du bien (nous promet le sous-titre). En effet, certaines émeuvent aux larmes tandis que d'autres font sourire, en fonction de l'histoire de chacun. Certaines nouvelles ne font que deux pages, mais elles suffisent en quelques mots à planter le décor, à entrer dans une émotion; car il s'agit bien du fond du recueil : parler des sentiments, des ressentis avec pudeur et délicatesse.


Copyright Zidrou

Jamais maladroites ou vulgaires, les petites histoires des "petites gens" nous touchent au coeur avec simplicité...Un dessinateur différent sert chaque nouvelle avec justesse et authenticité. On évoque l'intimité, la douleur, la mort, l'amour ou la transmission avec douceur et élégance. J'ai adoré et je le recommande sans réserve! 


Copyright Zidrou


Bonne lecture!


mercredi 17 décembre 2014

La Chanson du Mercredi #53 : Peggy Lee

Dans la foulée des "Chanson du Mercredi" précédentes, redécouvrons ensemble une autre artiste à l'origine d'un des plus grands hits du panthéon musical. La grande Peggy Lee a injustement été oubliée ces dernières années; elle est pourtant l'interprète de l'inoubliable "Fever". Rendons lui hommage aujourd'hui en claquant des doigts en rythme!

 Peggy Lee, en 1958

Peggy Lee est une chanteuse et actrice américaine. Repérée toute jeune dans les années 40 par Benny Goodman, clarinettiste et directeur d'orchestre, elle enchaîne concerts et films musicaux jusque dans les 50's. Elle compose bon nombre de ses tubes et participe à la bande son du dessin animé "La belle et le Clochard". Elle devient également très proche de Duke Ellington et influence de nombreux artistes.
Peggy Lee prend sa retraite dans les années 90 après avoir publié une discographie plus que bien fournie, chez Capitol, Decca et Blue Note...

http://www.qobuz.com
Copyright qobuz.com


Pourtant, Peggy Lee n'est pas l'interprète originale de "Fever"! En effet, elle reprend ce titre (et modifie quelque peu le texte) en 1958, d'après une chanson...de 1956! 
"Fever" est née d'Eddie Cooley et John Davenport/Otis Blackwell. Elle est interprétée pour la première fois par Little Willie John, d'après le thème du standard country "Sixteen Tons" (1947).


 Little Willie John, en 1956


Le thème de "Sixteen Tons" en 1947 influence le futur "Fever"



Quelques reprises de ce standard devenu un hymne jazz ? Difficile de révolutionner le titre mais certaines "covers" sont plus intéressantes que d'autres dans la voix ou l'orchestration...


Boney M. version disco funky

Elisabeth Kontomanou, version jazzy 

La Lupe (dont je recommande l'album que j'adore!) en version cubanista!

Dick Annegarn, en version acoustique et voix d'outre-tombe


Amanda Lear, son striptease et sa voix toute aussi caverneuse...


Nina Hagen, version punk chelou


The Bobs chantent a capella


Ray Charles et Natalie Cole, version grande classe


Elvis, en version reggae

Madonna, en version pop colorée

Claude Nougaro, en version française! "Docteur"!



Trois versions françaises coexistent : celle de Boris Vian chantée par Caterina Valente "39 de fièvre", celle de Claude Nougaro "Docteur" et enfin celle chantée par Sylvie Vartan et Johnny Hallyday "Vivre"!


...et aussi Sarah Vaughan, Nina Simone, Beyoncé, Madonna, Christina Aguilera, Céline Dion, Michael Bublé, etc...


...et en bonus une version hilarante des Muppets et de Rita Moreno, proposée par ma chère Delphine... merci Delphine <3





La partition
 

Les paroles et leur traduction (version complétée par Peggy Lee, via la Coccinelle)

Never know how much I love you
Tu n'as jamais su combien je t'aime
Never know how much I care
Tu n'as jamais su combien je tiens à toi
When you put your arms around me
Quand tu mets tes bras autour de moi
I get a fever that's so hard to bear
J'attrape une fièvre qui est tellement dure à supporter
You give me fever when you kiss me
Tu me donnes la fièvre quand tu m'embrasses
Fever when you hold me tight
Fièvre quand tu me serres
Fever... in the mornin'
Fièvre... au matin
Fever all through the night
Fièvre toute la nuit


Sun lights up the day time
Le soleil éclaire la journée
Moon lights up the night
La lune éclaire la nuit
I light up when you call my name
Je m'allume quand tu appelles mon nom
'cause I know you're gonna treat me right
Parce que je sais que tu va bien me traiter
You give me fever when you kiss me
Tu me donnes la fièvre quand tu m'embrasses
Fever when you hold me tight
Fièvre quand tu me serres
Fever... in the mornin'
Fièvre... au matin
Fever all through the night
Fièvre toute la nuit


Everybody's got the fever
Tout le monde a attrapé la fièvre
That is somethin' you all know
C'est quelque chose que vous savez tous
Fever isn't such a new thing
La fièvre n'est pas une chose si nouvelle
Fever started long time ago
La fièvre a commencé il y a longtemps


Romeo loved Juliet
Roméo aimait Juliette
Juliet she felt the same
Juliette ressentait la même chose
When he put his arms around her
Quand il met ses bras autour d'elle
He said, Julie baby you're my flame
Il a dit, Julie chérie tu es ma flamme
Thou givest fever when we kisseth
La fièvre donne de tout quand nous nous embrassons
Fever with thy flaming youth
Fièvre avec la jeunesse flamboyante
Fever I'm on fire
J'ai la fièvre sur le feu
Fever yea I burn forsooth
Fièvre oui je brûle


Captain Smith and Pocahontas
Capitaine Smith et Pocahontas
Had a very mad affair
Ont eu un gros problème
When her daddy tried to kill him
Quand son papa a essayé de le tuer
She said Daddy oh don't you dare
Elle a dit papa oh n'oserais-tu pas
He gives me fever with his kisses
Il me donne la fièvre avec ses baisers
Fever when he holds me tight
Fièvre quand tu me serres
Fever, I'm his missus
Fièvre, je suis sa patronne
Daddy won't you treat him right ?
Papa vous ne le traiterez pas bien ?


Now you've listened to my story
Maintenant vous avez entendu mon histoire
Here's the point that I have made
Voici la remarque que j'ai faite
Cats were born to give chicks fever 

Les chats sont nés pour donner la fièvre aux poussins
Be it Fahrenheit or centigrade
Pour être ton Fahrenheit ou ton Centigrade
We give you fever when we kiss you
Nous vous donnons la fièvre quand nous nous embrassons
Fever if you live and learn
La fièvre si tu vis et que tu apprends
Fever till you sizzle
Fièvre jusqu'à ce que vous grésilliez
What a lovely way to burn (x4)



Bonne écoute!

mercredi 3 décembre 2014

La Chanson du Mercredi #52 : Bjork...et Betty Hutton!

Vous serez certainement surpris par la Chanson de ce Mercredi. "It's oh so quiet", la chanson du jour, mis en lumière et en (re)bondissements par Bjork en 1995 date en fait de... 1951! L'interprète originale se nomme Betty Hutton et vous remarquerez que Bjork (que j'adore au demeurant) n'a rien à lui envier!


La version de 1995 (paru sur l'album "Post"), réalisée par le cinéaste Spike Jonze a donné des idées à son confrère Lars Von Trier pour son futur projet "Dancer in the dark"... C'est en effet en visionnant ce clip, primé en 1996 aux "MTV Music Awards" qu'il a eu envie de donner son rôle principal à Bjork.

Comparons maintenant avec la version originale de Betty Hutton..oui oui vous entendez bien, c'est la même!


Betty Hutton en 1951


La chanson du jour a été écrite et composée par Hans Lang et Bert Reisfeld en 1948. Elle est elle-même adaptée d'une chanson allemande "Und jetzt ist es still", interprétée par Harry Horst Winter la même année.


"Und jetzt ist es still" par Harry Horst Winter en 1948

Betty Hutton fût la première interprète en 1951 de la version américaine. Elle est l'héroïne de bon nombre de films dans les années 1940 et 1950 puis de nombreuses série tv dont "Le plus beau chapiteau du monde".


http://www.amazon.com/Its-Oh-Quiet-Betty-Hutton/dp/B001EGKYXC
La première interprète du tube américain. Copyright amazon.com

De plus en plus fort : en 1949 parait une version française de l'adaptation américaine...C'est notre monument national Ginette Garcin que l'on retrouve ici avec l'orchestre de Jacques Hélian. Magistral!




D'innombrables versions existent bien-sûr, comme à notre habitude, je vous mets les plus fameuses...ou pas!


La version jazzy de Lisa EKDAHL sur son album "When did you leave heaven" paru en 1997 (popularisée par la pub Anaïs Anaïs de Cacharel).

La double voix de SPLEEN

La version cabaret (et dénudée!) de feue Brittany MURPHY


 La jolie version acoustique et harmonique du duo MES DEMOISELLES

Utilisée pour la scène d'ouverture dans l'excellente série tv "Flashforward" (2009).


La reprise la plus originale, version électro, par le groupe The BELL, sur l'album "Stereogum, a tribute to Bjork"


Et en bonus, pour le plaisir des yeux la version de Betty D'LIGHT, danseuse burlesque, que je vous laisse le soin de découvrir...




Les paroles et leur traduction (la coccinelle)

Sshhhhhh

It's oh... so quiet 
Shhhhh shhhh
C'est oh... tellement silencieux  
Sshhh shhhh
It's oh... so still  
Shhhhh shhhh
C'est oh... tellement calme  
Sshhh shhhh
You're all alone  
Shhhh shhh
Tu es seule  
Sshhh shhhh
And so peaceful until...
Et si paisible jusqu'à ce que...

You fall in love
Tu tombes amoureuse
Zing boom
Zing boom
The sky up above
Le ciel au dessus de toi
Zing boom
Zing boom
Is caving in
Est en train de s'écrouler
Wow bam
Wow bam
You've never been so nuts about a guy
Tu n'as jamais été aussi folle d'un gars
You wanna laugh you wanna cry
Tu veux rire, tu veux pleurer
You cross your heart and hope to die
Croix de bois, croix de fer

'Til it's over and then
Jusqu'à que ça soit fini et alors
Shhhhh shhhh
Shhhhh shhhh
It's nice and quiet
C'est agréable et silencieux
Shhhhh shhhhh
Shhhhh shhhh
But soon again
Mais commence bientôt
Shhhhhh shhhhh
Shhhhh shhhh
Starts another big riot
Une autre grosse émeute

You blow a fuse
Tu pètes un plomb
Zing boom
Zing boom
The devil cuts loose
Le diable s‘est libéré
Zing boom
Zing boom
So what's the use
Alors à quoi ça sert
Wow bam
Wow bam
Of falling in love
De tomber amoureuse

It's, oh... so quiet
C'est oh... tellement silencieux
It's, oh... so still
C'est oh. . tellement calme
You're all alone
Tu es seule
And so peaceful until...
Et si paisible jusqu'à ce que... . .

You ring the bell
Tu sonnes la cloche
Bim bam
Bim bam
You shout and you yell
Tu cries, tu hurles
Hi ho ho
Hi ho ho
You broke the spell
Tu as rompu le charme
Gee, this is swell you almost have a fit
Mince c'est super tu as failli avoir une attaque
This guy is 'gorge' and I got hit
Ce mec est magnifique et j'ai reçu un coup
There's no mistake this is it
Il n'y a pas d'erreur, c'est ça

'Til it's over and then
Jusqu'à que ça soit fini et alors
It's nice and quiet
C'est agréable et silencieux
Shhhhh shhhhh
Shhhhh shhhh
But soon again
Mais commence bientôt
Shhhhh shhhhh
Shhhhh shhhh
Starts another big riot
Une autre grosse émeute

You blow a fuse
Tu pètes un plomb
Zing boom
Zing boom
The devil cuts loose
Le diable s‘est libéré
Zing boom
Zing boom
What's the use
Alors à quoi ça sert
Wow bam
Wow bam
Of falling in love
De tomber amoureuse

The sky caves in
Le ciel s'effondre
The devil cuts loose
Le diable s‘est libéré
You blow blow blow blow blow your fuse
Tu pètes pètes pètes pètes pètes ton plomb
When you've fallen in love
Lorsque tu tombes amoureuse
Ssshhhhh...
Shhhhhhhh...


Bonne écoute!

mardi 2 décembre 2014

Sorties ciné de novembre (2)

Quand on combine à quelques jours d'intervalle "La prochaine fois je viserai le coeur" et "Un illustre inconnu", on obtient le manuel du parfait petit tueur en série! C'est glauque oui, mais c'est assez jouissif à observer. Les deux films flattent le côté pervers et voyeur que nous avons tous plus ou moins...
...et vous?!

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=222567.html
Une affiche remarquable pour un thriller glaçant...
"Un illustre inconnu" de Matthieu Delaporte

L'histoire:
Sébastien Nicolas (Mathieu Kassovitz) est transparent, si transparent que personne ne le remarque. Il traverse la vie des uns et des autres sans laisser de traces. Grâce à son métier d'agent immobilier, il s'immisce dans la peau de ses clients en prenant leur apparence physique. Ce n'est qu'en se prenant pour quelqu'un d'autre qu'il parvient à se sentir enfin vivant...jusqu'à la transformation qui changera son existence.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=222567.html
Transformation en cours pour l'étrange Sébastien Nicolas (Mathieu Kassovitz). Copyright Allocine.com

Mes impressions:
Le dernier succès de Matthieu Delaporte remonte à 2012, avec le très réussi et inattendu "Le prénom". Virage radical dans la filmographie du réalisateur qui passe de la comédie au drame sans sourciller!

Cet "Illustre inconnu" raconte l'existence d'un homme fade et incapable de s'insérer socialement. Seul ses transformations appliquées - au millimètre près dans l'apparence et la gestuelle de ses cibles - lui permettent de sentir vivant : c'est en étant quelqu'un d'autre qu'il se sent enfin lui-même! La performance de Mathieu Kassovitz est saisissante car il joue à lui tout seul tous les personnages à la fois. Certaines scènes regroupent d'ailleurs l'original et la copie en même temps, toutes deux interprétées simultanément. 
Ayant ces derniers temps plus l'habitude d'être derrière la caméra, Mathieu Kassovitz confiait dans une interview être amusé par le fait d'être dirigé par un autre réalisateur. Il se laisse alors entièrement gérer sans interférer avec son oeil et ses habitudes de réalisation.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=222567.html
Kassovitz vs. Kassovitz ou la schizophrénie appliquée. Copyright allocine.com

Je suppose que ce film ne plaira pas à tout le monde, j'ai déjà lu beaucoup de critiques négatives concernant l'implication du réalisateur et son manque d'audace. Pour moi, c'est un parti pris de découper son film de manière neutre et minutieuse, à l'image du personnage principal. On est à la imite du thriller mettant en lumière une sorte de tueur en série qui ne passe pas à l'acte mais qui semble toujours à la limite de le faire...Je me suis laissée embarquer et j'ai aimé la chute, que j'attendais avec impatience!

la bande annonce


bonne séance!