mardi 31 juillet 2012

Les chroniques musicales #4


Revoici les "chroniques musicales"; elles n'étaient pas revenues sur ce site depuis un moment ! Aujourd'hui, nous parlerons de soul et funk avec deux albums sorti en fin d'année 2011.
L'album posthume d'Amy Winehouse et le 2ème album de General Elektriks.



Amy WINEHOUSE “Lioness : Hidden treasures” Universal, 2011.

Suite à son décès en juillet 2011, les proches collaborateurs d’Amy Winehouse ont compilé douze titres jamais diffusés ou parfois réorchestrés différemment. 
Les amateurs des albums précédents Frank et Back to Black apprécieront ces « trésors cachés » de la diva disparue. Un soupçon plus jazzy et reggae qu’à l’habitude, Amy Winehouse a enregistré ces titres de son vivant. Elle nous laisse un album posthume lumineux et émouvant.


 
Le "full album" rien que pour vous !



et ma préférée (reprise de ces albums précédents) "Valerie"


1er anniversaire de la mort de la diva Amy Winehouse le 23 juillet dernier...c'est de son air mutin dont j'ai envie de me souvenir.






GENERAL ELEKTRIKS “Parker street”, Wagram, 2011.


Après un premier album remarqué en 2009, Good city for dreamers, le français General Elektriks, aka RV Salters, revient avec un nouvel album résolument psychédélique. Affectionnant l’électro-pop, il mèle à son album la musique funk, le hip hop et les claviers 80’s; le résultat est frais et sautillant, à l’image de son premier single « Summer is here ». A écouter sans modération sur la route des vacances…



RV Salters Aka General Elektriks (© Nicholas Brune)



 Bonne écoute à tous !




samedi 28 juillet 2012

Sleeveface suite...


J'aime mon métier parce qu'il est varié...en plus de l'accueil des publics, on manipule de nombreux supports, livres, cds, multimédia et même maintenant des liseuses électroniques ! On n'arrête pas le progrès !

Mon domaine, c'est la musique, et ça me donne quelques petits privilèges : avoir accès à toute la musique possible et imaginable (en toute légalité !), découvrir des choses que je ne serais pas allé chercher, et participer à des initiatives ludiques et originales.

Un projet très intéressant se monte à la rentrée dans mon coin; le principe est très simple, il s'agira d'un "Sleeveface 3D"! 
Vous savez tout du sleeveface maintenant si vous avez lu les posts précédents...
Là, nous devions sélectionner des pochettes d'album avec des perspectives (1er plan, 2ème plan, etc..) pour ensuite les numériser et les reproduire en grandeur nature. Les visages des chanteurs seront ensuite évidés et les gens pourront se faire photographier dans des décors de pochette vinyle ! 

Nous sommes donc partis dans l'univers magique des vinyles à la recherche de la pochette parfaite pour le projet...il y a avait du bon et du moins bon, des classiques et des illustres inconnus...bref, une vraie chasse au trésor !

© les bavardages de Juliette


© les bavardages de Juliette



Après avoir sélectionné une quinzaine de pochettes dont les Bangles, les Pink Floyd ou encore Huey Lewis and the News (?!), nous n'avons pas résisté à l'envie de refaire une petite séance de sleeveface traditionnel...et oui, on ne se refait pas !

© les bavardages de Juliette


© les bavardages de Juliette



Huey Lewis and the News "Sports" et

Pink Floyd "Ummagumma
"
font partie des albums sélectionnés.

merci à Etienne pour sa participation !


© les bavardages de Juliette

© les bavardages de Juliette



© les bavardages de Juliette




Qu'en pensez-vous ?









vendredi 27 juillet 2012

"Les saveurs du Palais"... j'ai faim !


Je vous racontais qu'hier on m'avait invité à une séance mystère pour voir le film "les saveurs du Palais" de Christian Vincent. Nous sommes des privilégiés, il ne sortira que le 19 septembre prochain !


Le principe de la séance mystère est de ne pas savoir à quelle sauce on va être mangé...et c'est bien le propos du film !! "Les saveurs du Palais" nous plonge au coeur des cuisines de l'Elysée...


L'histoire :
Hortense Laborie est une bonne cuisinière. Elle sait préparer la cuisine de terroir comme personne et tient une auberge dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la fait venir à l'Elysée pour qu'elle s'occupe de ses repas personnels. Hortense a un fort caractère mais elle n'est qu'au début des complications...

Hortense Laborie (Catherine Frot) et le Président de la République (Jean D'Ormesson).


Mes impressions :
Je préfère l'avouer dès le début de ma chronique, je n'ai pas été convaincue par ce film que j'ai trouvé très inégal.

Le réalisateur a voulu trop bien faire et nous donner un maximum de détails... des histoires dans l'histoire. Seulement, il nous perd souvent dans des scènes inutiles et bien trop longues qui empêchent le rythme du film.

Catherine Frot est attachante mais elle tient le film de bout en bout, et parfois agace. Pour ceux qu'elle a énervé dans les reprises dernières des romans d'Agatha Christie, ce film ne vous réconciliera pas avec l'actrice ! 
Jean d'Ormesson quant à lui - et j'en suis désolée car j'aime bien le personnage - est un piètre acteur. Il tient à peine debout et peine à imposer l'autorité et la crédibilité qu'un chef d'Etat requiert. Pour tout vous dire, il y a même une scène où j'ai pensé qu'il allait s'écrouler et que la comédie basculerait dans le drame !

Pourtant, il y a aussi de très bons passages, notamment les scènes de cuisine où poulardes, pâtés en croute et gâteaux St Honoré se croisent avec élégance. Le réalisateur filme la cuisine de haute voltige, presque de la haute couture, en l'imbriquant avec les protocoles de rigueur à l'Elysée. Les petits jeux de pouvoir et les luttes intrinsèques pimentent cette comédie savoureuse...

Pour finir, je dois préciser que la séance avait lieu à 19h30 et que nous n'avions pas mangé...c'est certainement pourquoi les délicieuses scènes de cuisine m'ont donné l'eau à la bouche !


Je conseille ce film aux amateurs de grande cuisine et à ceux qu'un piano (autre que celui des musiciens !) fait rêver...Je le conseille également à ceux qui adorent les protocoles et l'étiquette dont le film est truffé ! Enfin, pour les amoureux de Catherine Frot, vous pouvez y aller les yeux fermés, l'actrice est très bien servie !
Pour les autres, je pense que vous allez fermement vous ennuyer...

La bande annonce pour vous décider.


Envie de vous lancer à la rentrée ?





jeudi 26 juillet 2012

Séance mystère...le label des spectateurs UGC


Je suis une VIP des cinémas UGC...

Depuis maintenant 3 ans, je possède le pass magique de super-héros permettant d'aller en illimité au cinéma...toutes les séances, tous les films, toutes les versions; je peux me gaver de cinéma autant que je le veux (moyennant finances, hein!). D'ailleurs, plus j'y vais et plus c'est rentable...

L' Avantage majeur de la carte pour moi réside en 3 mots : "LABEL des SPECTATEURS". Le principe est très simple, M. UGC m'invite (moi et un ami de mon choix) à assister à l'aveugle à une séance de cinéma. Rassurez-vous, je ne me crève pas les yeux pour autant, je me rends dans mon cinéma préféré sans savoir à l'avance ce que je vais y voir ! MYSTERE...

 
Il faut bien-sûr aimer l'aventure...rien ne dit que l'on aimera le film qui passe ! UGC est tout de même obligé de choisir un film grand public, ne sachant pas qui assistera à la séance (point de film gore pour le moment !). Les blockbusters n'ont pas besoin de ce genre de publicité, les films choisis sont donc souvent des découvertes ne bénéficiant pas toujours de plans de com' importants.

Tous les UGC de France programment la même séance avec le même film en avant-première (sortie en salle prévue en général 1 à 2 mois plus tard). 
On nous remet un papier à remplir avec nos impressions à chaud, nos commentaires et notre intention de recommander (ou pas) le film. 
Après comptage et ouverture des scrutins, le film obtient (ou non) le Label des spectateurs UGC qui lui permettra d'obtenir un soutien publicitaire plus important, et une longévité dans les cinémas de la chaine.

© Les bavardages de Juliette
 
Dernièrement, on m'avait invité à découvrir "Elle s'appelait Sarah", "des Hommes et des Dieux", ou encore "le Prénom". On y voit très souvent des films français mais je ne désespère pas de voir un jour des films étrangers labellisés comme "Shutter Island" ou "Le discours d'un roi".

tout sur le Label.

A la séance mystère de ce soir :
un film qui sortira en septembre "les saveurs du Palais" avec Catherine Frot et Hippolyte Girardot, sur les coulisses des cuisines de l'Elysée !




La chronique ciné demain sur votre blog préféré!




mercredi 25 juillet 2012

La chanson du mercredi...#2


Il fait beau, j'entends les mouettes, une petite chanson me trotte dans la tête : "Wouldn't it be nice" des Beach Boys s'impose !




La chanson d'aujourd'hui date de 1966, elle sort sur l'album mythique "Pet Sounds" des Beach Boys. Elle a été écrite par Brian Wilson et Mike Love, deux membres du groupe, et Tony Asher pour les paroles.


Longtemps remisée en face B, le succès de ce titre est tel qu'il est aujourd'hui devenu l'une des chansons les plus connues du groupe.



 
Une session d'enregistrement avec Brian Wilson, artiste génial mais quelque peu déjanté et caractériel.



 
"Wouldn't it be nice" fait partie de la bande son du film "Amour et amnésie", de Peter Segal (sorti en 2004). Elle devient la chanson référence des excellents Drew Barrymore et Adam Sandler. Une très jolie comédie romantique, sous le soleil d'Hawaï.



Dans un autre style, vous avez pu entendre la chanson des Beach Boys dans des pubs étrangères et françaises : parmi elles, Evian et Lancia.



Les paroles et leur traduction :
Wouldn't it be nice if we were older
Ne serait-il pas agréable d'être plus vieux
Then we wouldn't have to wait so long
Ainsi nous n'aurions pas à attendre si longtemps
And wouldn't it be nice to live together
Et ne serait-il pas agréable de vivre ensemble

In the kind of world where we belong
Dans le genre de monde auquel nous appartenons
You know it's gonna make it that much better
Tu sais que ça le rendra bien meilleur
When we can say goodnight and stay together
Quand nous pourrons dire bonne nuit et rester ensemble
Wouldn't it be nice if we could wake up
Ne serait-il pas agréable de pouvoir se lever
In the morning when the day is new
Le matin quand le jour est nouveau
And after having spent the day together
Et après avoir passé la journée ensemble
Hold each other close the whole night through
Se tenir serrés tout au long de la nuit
Happy times together we've been spending
Que de moments heureux ensemble nous avons passés
I wish that every kiss was never ending
J'aimerais que chaque baiser soit éternel
Wouldn't it be nice
Ne serait-ce pas agréable
Maybe if we thinkin' and wishin' and hopein' and prayin'
Peut être que si l'on y pense que si on le souhaite qu'on l'espère et qu'on prie
It might come true
Ca deviendra réalité
Baby then there wouldn't be a single thing we couldn't do
Alors bébé il n'y aurait rien que nous ne puissions faire
We could be married
On pourrait être mariés
And then we'd be happy
Et alors nous serions heureux
Wouldn't it be nice
Ne serait-ce pas agréable
You know it seems the more we talk about it
Tu sais il me semble que plus l'on en parle
It only makes it worse to live without it
Plus il est difficile de vivre sans
But let's talk about it
Mais parlons-en
Wouldn't it be nice
Ne serait-ce pas agréable

Good night baby
Bonne nuit bébé
Sleep tight baby
Dors bien bébé
Good night baby
Bonne nuit bébé
Sleep tight baby
Dors bien bébé




Bonne écoute ! 


mardi 24 juillet 2012

Tout va bien !



Un petit message rapide pour vous dire que non, je ne suis pas morte !


Le déménagement s'est très passé, merci encore aux amis présents ! Nous sommes en plein déballage-cartons-installations-diverses-et-paramétrages-wifi !
Je profite enfin d'un joli petit jardin, et comble du bonheur, ô miracle...il fait beau !


© Les bavardages de Juliette


C'est l'occasion de prendre un gros coup de soleil (le normand ne prend pas le soleil, il brûle !) et de s'occuper de la chatière de Monsieur le chat. 
Il aura sa propre entrée, son bip de parking et tout et tout !




© Les bavardages de Juliette


C'est aussi l'occasion de trouver de nouvelles cachettes trop chouettes !

Et de toujours dormir un peu plus !









A très bientôt pour de nouvelles aventures !



vendredi 20 juillet 2012

Sleeveface


Je ressors de vieilles photos pour vous faire part d'une activité sympa à faire entre amis...le sleeveface.
Vous en avez certainement déjà entendu parler, c'est devenu tendance il y a quelques années. Si vous êtes passés à côté, un petit rattrapage s'impose !

Le principe est très simple, il s'agit de faire vivre une pochette d'album en vous glissant derrière. Le résultat dépend des raccords à faire avec l'image. 
A vos vinyles !


© les bavardages de Juliette




L'avantage de mon boulot, c'est que l'on a tout sous la main !
© les bavardages de Juliette


© les bavardages de Juliette



Y compris de gentils collègues qui prennent la pose...merci Sophie et Thierry !








© les bavardages de Juliette
© les bavardages de Juliette

© les bavardages de Juliette



On peut aussi mettre à contribution sa famille : merci Rachel et Michèle :-)

© les bavardages de Juliette

© les bavardages de Juliette



Les réjouissances peuvent se poursuivre avec ce que vous trouvez chez vous : cd, dvd, livre ou bd !
Il suffit d'avoir un ami sous la main et un appareil photo et la partie de rigolade peut commencer !


On lance un concours ?!




jeudi 19 juillet 2012

Le premier jour du reste de ma vie...


Aujourd'hui, j'emprunte le titre d'une chanson d'Etienne Daho et de l'excellent film de Rémi Bezançon (sorti en 2008). 
C'est le premier jour du reste de ma vie !






Que se passe-t'il me direz-vous ?
Et bien aujourd'hui à 18h, j'achète une maison ! MA maison...
Je deviens une adulte responsable, dans le grand tourbillon du rêve américain : un mari, une maison, un break, 3 enfants et un labrador ! Mon mari n'en est pas un, j'ai horreur des breaks, les enfants ne sont pas à l'ordre du jour et Oscar le chat ne serait pas d'accord pour un intrus labrador...

Reste la maison...MA maison ! et c'est bien suffisant pour s'occuper pour le moment!
J'ai du mal à m'en remettre. Ca fait une sacrée étape, mine de rien. On a le temps de s'y préparer pendant la recherche du Graal et toute la constitution du dossier...il faudra d'ailleurs que je fasse un billet sur "acheter une maison pour les nuls". Je suis incollable maintenant ! 
Mais tout de même, c'est une étape ! CHAMPAGNE !

C'est aussi l'occasion de s'endetter pour les 25 prochaines années avec le sourire ! Pourquoi pas après tout...prochaine étapes ensuite : les cartons (encore et toujours), le déménagement (merci les amis !) et l'emménagement pour essayer de ne pas vivre dans les cartons pendant les 6 prochains mois !

J'espère que les mayas se trompent sur la fin du monde prévue le 21 décembre...j'aimerai pouvoir profiter un peu de mon nouveau jardin en 2012 !


Prêts pour les futurs BBQ ?! C'est parti !



mercredi 18 juillet 2012

La chanson du mercredi...#1


J'inaugure aujourd'hui une nouvelle catégorie : la chanson du mercredi !
Certaines de mes collègues bibliothécaires participent au "mardi sur son 31" en écrivant une ligne, tous les mardis, de la page 31 de leur livre de chevet...

Et bien moi, je vous propose une "chanson du jour", en fonction de ce qui me trotte dans la tête...un coup de coeur, une rengaine ou un truc que je n'arrive pas à me sortir des oreilles !
Oui, je suis partageuse !

Aujourd'hui pour la première "chanson du mercredi" :  
NOWHERE BOY "In spite of all the danger"


Tout d'abord, j'adore ce blues rétro...il me fait dresser les poils sur les bras à chaque écoute, et j'en ai même fait mon réveil-matin ! 
Ensuite, j'aime ce titre parce que j'ai adoré le film dont il est issu "Nowhere Boy", sorti en 2010; ce biopic retrace l'enfance et l'adolescence de John Lennon, jusqu'à la formation des Quarrymen, devenus plus tard les incroyables Beatles ...


Chanson composée par Paul McCartney et George Harrison en 1958, elle a été enregistrée au moment où John Lennon perd sa mère. Ce passage est d'ailleurs d'une grande intensité dans le film.

La version originale par les Quarrymen : on admire au passage les bouilles adolescentes de McCartney & Lennon !


Tombée dans l'oubli, elle ressortira dans les années 90 sur la compilation "Anthologie 1". Quelques années plus tard, Paul McCartney reprend ce titre en live, au mythique studio d'Abbey Road où les Beatles ont enregistré la plupart de leurs tubes...

Les paroles et leur traduction pour chanter à tue-tête sous la douche :

In spite of all the danger, 
(En dépit de tous les dangers)
In spite of all that may be 
(En dépit de tout ce qui peut être)
I'll do anything for you, 
(Je ferai n'importe quoi pour toi)
Anything you want me to, 
(Tout ce que tu veux de moi)
If you'll be true to me. 
(Si tu es sincère avec moi)

In spite of all the heartache, 
(En dépit de toutes les fois où j'ai eu le coeur brisé)
That you may cause me, 
(Par ta faute)
I'll do anything for you, 
(Je ferai n'importe quoi pour toi)
Anything you want me to,
(Tout ce que tu veux de moi)
If you'll be true to me.
(Si tu es sincère avec moi)

I'll look after you 
(Je prendrai soin de toi)
Like I've never done before. 
(Comme je ne l'ai jamais fait auparavant)
I'll keep all the others 
(J'empêcherai tous les autres)
From knocking at your door.
(De venir toquer à ta porte) 

In spite of all the danger,
In spite of all that may be
I'll do anything for you,
Anything you want me to,
If you'll be true to me.

In spite of all the heartache,
That you may cause me,
I'll do anything for you,
Anything you want me to,
If you'll be true to me.

I'll do anything for you,
Anything you want me to,
If you'll be true to me.



lundi 16 juillet 2012

Holy Motors


Aujourd'hui, nous allons parler d'un OVNI cinématographique : "Holy Motors" de Leos Carax

Présenté au dernier Festival de Cannes, il a été nommé 8 fois, dans de prestigieuses catégories comme la Palme d'Or, le Grand Prix et le Prix du Jury. Il a finalement remporté le Prix de la Jeunesse.

Déjà, l'affiche fait peur ! mais il ne faut pas toujours se fier à ses premières impressions...

Préparez-vous à un drôle de voyage car ce film est une étrangeté. Comme dans la plupart des films bizarres, soit on adore, soit on déteste !
Bien que je partais un peu défaitiste, avec un gros à priori négatif, j'ai plutôt aimé !

L'histoire :
Monsieur Oscar est drôle de bonhomme. Tantôt banquier, tantôt monstre ou même vieille clocharde russe...il change de personnages comme on change de costume, se travestit et saute à corps perdu dans ses différentes identités.
Monsieur Oscar se rend en fait à des "rendez-vous" où il endosse chaque fois une nouvelle identité, un nouveau rôle que l'on attend de lui, pour une scène ou pour un film sans doute... 
Mais qui sont ses commanditaires, quelles performances veulent-ils de lui et où sont les caméras qui le filment... ?


Mes impressions :
Ce film, c'est une expérience, une performance grandeur nature. 
C'est d'abord la performance d'un acteur, Denis Lavant, qui porte le film à lui seul et qui endosse une dizaine de personnages différents avec une grande fluidité. C'est une "gueule" du cinéma. Étrange, inquiétant, on ne comprend pas toujours où il souhaite nous embarquer.
Il se change dans sa grande limousine blanche et nous balade à travers des décors et des ambiances en se travestissant, en se changeant à coups de cicatrices, perruques ou maquillage.

Denis Lavant © les inrocks



Tout ça, bien-sûr "c'est pour de faux" : le cinéma, nous le savons n'est qu'une illusion, et comme dans d'autres films, on peut être blessé ou mourir et revenir sans une égratignure à l'écran...


Ce cinéma là c'est un film sur les films : on décortique des séquences, il y a un entracte (fabuleux entracte musical en passant !) et une réflexion profonde sur le cinéma et les spectateurs. 
Le réalisateur s'interroge et nous demande s'il reste des spectateurs pour contempler la beauté du monde ou si finalement ils sont trop passifs et se laissent divertir par les illusions qu'on leur propose.

- oui je sais, ça va loin ! c'est une interprétation personnelle, et ça n'engage que moi! -

Leos Carax tente des expériences...le film est truffé d'allusions cinématographiques mais je n'ai malheureusement pas toutes les clés pour les comprendre. J'adorerais revoir ce film avec un élève en école de cinéma ou que l'on me montre un making of expliquant les différents ressors du film...

Leos Carax © Les Films du Losange
Tant pis ! Ce film m'a embarqué et ne m'a pas laissé au bord du chemin. Ce n'est pas grave si l'on ne comprend pas tout !

C'est bizarre, un peu glauque parfois, monstrueux aussi mais emprunt d'une grande poésie. On se surprend à suivre de près ce Monsieur Oscar et à attendre la prochaine transformation avec envie. Il y a bien-sûr des ratages, des changements de rythmes pas toujours heureux mais l'ensemble tient la route et convainc. On continue de se poser des questions après la séance mais après tout, le cinéma cela sert aussi à se poser des questions, non ?!

A signaler également une galerie de personnages secondaires aussi barrés que Denis Lavant. Des inconnus et des pointures comme Eva Mendes, Michel Piccoli ou Kylie Minogue.
 
Une séquence magnifique pour un jeu vidéo peut-être ?



Eva Mendes surprenante en beauté captive.

A réserver à des spectateurs motivés et prêts à vivre une expérience de cinéma...ce n'est franchement pas un film grand public!


La bande-annonce du film



Alors? convaincus ?!
 



dimanche 15 juillet 2012

Dernière ligne droite !


Pour ceux qui me demandaient des nouvelles : le déménagement continue...
C'est aussi l'occasion de trouver de nouvelles cachettes pour Oscar le chat !


© Les bavardages de Juliette






© Les bavardages de Juliette


Une petite astuce miraculeuse en passant : nous avons découvert la pierre d'argile. Ce truc est incroyable et devient notre nouvel allié du ménage !!
Je ne voudrais pas avoir l'air de faire du Télé-achat mais la pierre d'argile est réellement efficace pour toutes les petites tâches de la maison...les murs, le sol, les vitres, les plaques vitrocéramiques, ça marche pour tout ! Et en plus, c'est bio les amis !

© Les bavardages de Juliette


© Les bavardages de Juliette




























A vous d'essayer ...
Moi, je retourne à mes cartons !

vendredi 13 juillet 2012

Une BD à offrir à son père...ou à son fils !


Je partage avec vous un coup de coeur BD, que j'ai eu il y a quelques temps. En attendant que les nuages passent, installez-vous tranquillement pour bouquiner "Nous ne serons pas des héros" des frères Salsedo et d'Olivier Jouvray, (chez Le Lombard).

© Salsedo/Jouvray et Le Lombard (2010)

L'histoire :
Mick est un éternel ado trentenaire. Glandeur, toujours entre deux boulots, il attend que quelque chose arrive dans sa vie. Cet évènement, ce sera la mort de sa grand-mère. Son père renoue alors le contact bien qu'ils ne soient pas tellement proches. 

Grabataire et acariâtre, il lui propose de jouer les accompagnateurs dans un voyage autour du monde. Ces deux hommes que tout sépare ne se comprennent pas. Conflit de génération !

Pourtant, en remontant dans les souvenirs du père, ces escales à La Réunion, New York, en Inde ou au Maroc vont leur permettre de se rapprocher et enfin d'apprendre à se connaître...

© Salsedo/Jouvray et Le Lombard (2010)
pour agrandir, 1-cliquez sur l'image, puis 2-"afficher l'image" avec le clic droit et 3-cliquez sur "+".

© Salsedo/Jouvray et Le Lombard (2010)
 
Les auteurs :

© dedicacesbd.blogspot.fr

Scénario de Olivier Jouvray
à signaler aussi de cet auteur, la série des "Lincoln", cowboy cinique et désopilant ! 





© bdtheque.com

 

Dessins de Frédérik Salsedo





© labd.net

Colorisation de Greg Salsedo






Mes impressions :
J'ai été totalement bluffée par ce voyage initiatique. Tantôt drôle, tantôt philosophique, le texte nous emmène loin dans la relation père-fils souvent problématique. Ces hommes là ne savent pas se parler et encore moins s'écouter. Charles, le père va s'adoucir au contact de son fils, et Mike va profiter de l'expérience et de la sagesse de son père pour mûrir et trouver un sens à sa vie.

Les personnages sont attachants, les détails des décors traversés sont fouillés. On voyage au bout du monde avec ce duo singulier. Et on y croit ! La BD est dense et bien documentée, on suit une sorte de carnet de voyage où l'on imagine les différents billets d'avion punaisés !

Pour moi, c'est une BD à offrir avec plaisir. Les femmes seront émues par le récit de ces hommes qui écrivent pour des hommes. Les hommes quant à eux se retrouveront forcément dans l'un ou l'autre des personnages.

Une belle réussite !



Envie de découvrir Charles et Mike ?!




Merci @ Clément V. pour la découverte !